... j’ai préparé des salades russes

Voyager signifie entre autre découvrir une nouvelle culture, dont la cuisine fait partie. J’aime tester les recettes locales et évite autant que possible les restos avec des cartes longues comme un bras qui sentent le produit surgelé à plein nez.

Et vous, êtes-vous curieux culinairement parlant ?

Récit d’une expérience culinaire :

Suite à un échange scolaire avec des russes qui étaient venus étudier un an en France puis de français qui à leur tour étaient allés passer 3 mois en Russie, rendez-vous a été pris pour que mes amies et moi retournions les voir chez eux.

Après une visite de Moscou, direction Kirov où vivaient nos amis russes. On a passé une nuit dans le Transsibérien*. Ce fut une chouette expérience que de partager un moment de vie avec les passagers russes qui traversaient tout le pays pendant des jours. Nous, on a fait qu’un bout mais c’était sympa de les voir utiliser le samovar (une sorte de bouilloire géante à disposition dans le train), occuper leurs enfants dans le plus grand calme (alors que des enfants français auraient déjà chouiné depuis longtemps), se mettre en pyjama le soir pour aller dormir dans leur couchette…

Reconstitution d’un mariage au musée local de Kirov

On a été accueillies comme des reines du début à la fin. A un moment, alors qu’ils nous faisaient visiter le musée local, on a même enfilé des costumes traditionnels dont celui d’une mariée pour faire une simulation de mariage ! On a été voir le fleuve, on a sonné la cloche de l’église et on a goûté les spécialités dont deux salades que l’on a préparées : la salade au hareng sous le manteau de fourrure et la salade Olivier. En soit, elles n’ont rien d’extraordinaire mais ce sont des recettes traditionnelles comme chez nous, on a la salade niçoise ou la macédoine. Ces spécialités culinaires sont préparées pour les fêtes de fin d’année et notamment au Nouvel An.

Pour  préparer la première salade « seledka pod shuboyu » en russe, il faut superposer des pommes de terre, de la mayonnaise, du hareng salé, de la mayonnaise, des betteraves et… de la mayonnaise ! Les dés de hareng salé et mariné sont recouverts sous le manteau que constituent ces ingrédients, d’où le nom.

La salade Olivier, quand à elle, a été inventée dans les années 1860 par le chef belge Lucien Olivier qui travaillait dans un restaurant moscovite. C’est un mix entre la macédoine et la piémontaise où les ingrédients sont liés à la mayonnaise. C’est simple et bon (alors qu’à la base, il faut savoir que je n’aime pas la mayonnaise !). Ce fut un vrai bon moment de partage et de découverte. Merci à nos amis russes.

J’espère vous avoir donné faim envie de tester des plats venus d’ailleurs. Si vous voulez tester et faire voyager vos papilles, il y a pleins de recettes plus précises sur la toile…

*Si vous souhaitez des infos sur le transsibérien, allez voir cet article très détaillé de l’Aventurière fauchée.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à ma newsletter

Merci de laisser un petit mot, cela fait toujours plaisir !

Votre adresse email ne sera pas publiée