... j’ai travaillé avec des cowgirls

Pendant une quinzaine de jours, j’ai travaillé avec des cowgirls en Afrique du Sud pour m’occuper d’une cinquantaine de chevaux appaloosas (ceux qui ont des tâches comme les chevaux des indiens). Ce volontariat n’avait pas été prévu. C’est après quelques mésaventures que j’y suis arrivée après un long trajet en bus. J’avais repéré le site sur Internet avant de partir mais je n’avais pas choisi au profit d’un autre volontariat car ces derniers demandaient moins de frais et avaient plus l’air d’avoir besoin d’aide. Au final, j’étais très contente que cette seconde ferme puisse m’accueillir et même si j’ai payé, ce qui n’est pas vraiment dans ma logique pour un bon volontariat, cela n’était pas si cher et en valait vraiment le coup.

Tam, ma future collègue et cowgirl expérimentée, est venue me chercher à Johannesburg. Après 5h de route et de discussions, on est arrivé à Berg Trails dans la ferme Sans Souci (qui porte plutôt bien son nom).

Conditions de vie :

J’ai droit à ma propre chambre, une salle de bains partagée et à toute la nourriture possible. L’arrière cuisine est une vraie mini-épicerie avec tous les ingrédients en 5 exemplaires minimum ! On mange beaucoup de mouton produit à la ferme. Une femme de chambre lave mes draps et mon linge chaque semaine.

Le programme de la journée :

Je me lève à 7h, mange 2 tranches de pain vite fait pour tenir le coup, enfile 2 T-shirts, 2 polaires et 2 coupe-vents car dehors, le sol est gelé et le soleil à peine levé. C’était en juillet donc l’hiver là-bas. Il faut préparer la nourriture pour les poulains et leur mère (Une jument s’occupe de 4 poulains dont les mères sont décédées) et pour les chevaux qui vivent dans des prés séparés.

Les autres chevaux sont bien rondouillards juste avec l’herbe de leur immense pré. Ils n’ont droit qu’à un bloc de mélasse de temps en temps. Ils adorent ça !

Ensuite, on prend le quad sur lequel Liz, mon autre collègue cowgirl, m’a installée une chaise pour qu’on puisse y être à 2. Et c’est parti pour le secouage et le ramenage des chevaux du troupeau !

On est aidé par un chien qui obéit plus ou moins. Il fait froid mais le paysage est magnifique, légèrement brumeux. Le but est de rassembler tous les chevaux vers la ferme. On peut ainsi voir s’ils sont en bonne santé, nourrir ceux qui en ont besoin et sélectionner ceux qui vont être montés dans la journée : soit les jeunes chevaux à travailler, soit les chevaux pour emmener des clients en promenade. Les autres sont relâchés vers leur pré.

Puis, on va prendre le petit-déjeuner dont l’élément principal est le pap (prononcé [paup]), une bouillie préparée à partir de maïs moulu auquel on ajoute du lait et du sucre. Mais il y a aussi des toasts, des œufs au plat, des céréales…

La température se réchauffe tranquillement jusqu’à atteindre environ 25 °C. J’enlève les épaisseurs de vêtements au fur et à mesure de la matinée. S’il y a des clients, on prépare les chevaux et on part en ballade avec eux. C’est plus ou moins long selon leur niveau. Sinon, les cowgirls travaillent les jeunes chevaux et je monte un cheval plus âgé, censé leur montrer l’exemple. Parfois, on manipule les poulains pour les habituer au contact avec l’homme. Ou on essaie de sauter. Ou on tente de longer un cheval fou qui fait du rodéo dès qu’on pose les fesses sur son dos. Entre 13h et 14h, on mange. On retravaille une heure et la journée officielle est finie.

Les journées ne se ressemblent pas et sont passionnantes.

Temps libre :

Je pars avec Liz chez le voisin qui a des chevaux obèses tellement il les nourrit ! Il a donc demandé à Liz de sortir ses chevaux pour qu’ils se dépensent un peu. Donc, on remonte à cheval !

Ce fut donc un volontariat sportif mais très enrichissant aussi bien au niveau équitation que sur la mentalité afrikaans . Si vous souhaitez découvrir le lieu, c’est par là.

Par contre, ils ont refait leur site depuis que j’y suis allée et ils ne parlent plus de volontariat. Je ne sais donc pas s’ils le font toujours mais vous pouvez toujours demandé à Heidi si ça vous tente. Sinon, ils continuent les ballades, ça s’est sûr. Tentez l’expérience si vous passez dans le coin. C’est top !

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à ma newsletter

Merci de laisser un petit mot, cela fait toujours plaisir !

Votre adresse email ne sera pas publiée