... je m’installe en Angleterre

Après la préparation du départ vient l’installation en Angleterre. Cela fait 2 mois maintenant que mon chéri et moi sommes arrivés. Il est temps de faire un premier bilan et de vous raconter tout se qui s’est déjà passé.

Le logement :

On avait déjà trouvé depuis plusieurs mois une petite maison de ville à Wivenhoe dans l’Essex. Faire le tour des agences n’avait servi à rien. On la loue directement à un propriétaire super sympa qui fait tout pour nous aider. Le truc un peu bizarre, c’est qu’il peut rentrer chez nous n’importe quand, ce qui est interdit en France. Il n’y a pas la même notion de propriété. De même, les voisins ont le droit de passer dans notre jardin une fois par semaine pour accéder aux poubelles collectives sans passer par la rue ou s’ils ont besoin. Au début, notre proprio venait même s’occuper de notre jardin sans demander. Je lui ai dit qu’on le ferait. Il nous a mis une douche électrique car nous n’avions pas de pression dans la douche. Le plombier a galéré à l’installer dans notre vieille maison victorienne. Mais c’est un peu mieux maintenant, même si on est toujours loin de se faire karsheriser.

On se sent super bien dans notre maison. Elle a plein de charme. Si vous voulez voir, j’avais mis quelques images ici. Dedans, il y avait déjà un lit, un frigo, un four et une machine à laver. Pour le reste, on a tenté les charity shops (équivalents de petits Emmaüs) mais c’était super cher. Au final, on a tout trouvé sur Gumtree (comme le Bon coin) ou dans la rue. Car, chose inconcevable en France, les anglais donnent facilement ce dont ils n’ont plus besoin en le mettant sur le trottoir ou dans l’entrée de leur jardin. J’ai ainsi récupéré 2 chaises, des étagères, une lampe, des livres, des pots de fleur, des cintres… Tout ça gratuit !

Nos voisins sont sympas. Le plus proche est écrivain/musicien. J’aime bien l’entendre jouer de la guitare ou du piano. Et c’est la première fois qu’on a un jardin ! Sans vis-à-vis en plus.

La voiture :

Je peux me garer juste en face de chez moi, sans craindre de me faire péter les rétros vu comment la ville est calme. On a juste eu à acheter un permis annuel de stationnement au town council. Il a fallu le faire par téléphone car le formulaire en ligne n’acceptait pas le format de plaque français.

Après mûre réflexion et 10 ans de vie commune, j’ai dû prendre à regret la décision de vendre ma Titine lors de mon prochain retour en France à Noël. Snif ! Mais pourquoi ? En résumé, les démarches sont super compliquées. Et surtout, ça aurait coûté un bras (c’est moins pratique pour conduire). Pour ceux qui veulent plus de détails sur l’import d’une voiture française en Angleterre, je tente de vous expliquer ça dans un autre article.

Le travail :

J’ai la chance que mon chéri avait déjà son travail avant qu’on s’installe en Angleterre. J’avais donc moins la pression. J’avais tenté de postuler à des offres depuis la France mais ce n’est pas simple surtout quand on ne sait pas dans combien de temps seraient les entretiens.

Je devais avoir droit aux indemnités de Pôle emploi. J’avais fait toutes les démarches pour que mes droits se prolongent en Angleterre en obtenant le formulaire U2. Il permet de transférer les droits aux prestations de chômage pour une durée maximum de trois mois à l’étranger, puis de les récupérer en France si on rentre dans les 3 ans. Mais au dernier moment, alors que mon dossier avait examiné et réexaminé, ils m’ont dit que je n’avais droit à rien à cause de ma disponibilité de l’Éducation nationale, chose qui n’a rien à voir avec l’argent que je touchais suite à mon CDI dans le privé. Je n’ai toujours pas compris le rapport. Je trouve que c’est débile et qu’à part à m’inciter à démissionner, je ne vois vraiment pas l’utilité de cette décision. Fin du coup de gueule.

Une fois sur place, j’ai déposé un CV au café du coin qui cherchait du monde. Je n’ai jamais eu de retour malgré mes relances. J’ai postulé à une vingtaine de postes d’administrateur à l’université d’à côté. Je n’ai eu qu’un entretien qui n’a pas abouti. J’ai consulté les offres en lignes sur Indeed, Reed et Totaljobs et j’y ai déposé mon CV. C’est là qu’une boîte de recrutement m’a repérée et m’a proposée un job.

Je n’ai pas encore tout compris en quoi cela va consister. En gros, je vais répondre à des mails et par téléphone en anglais et en français pour une boîte qui vérifie les infos que mettent les gens sur leur CV. Je ne savais même pas que cela existait… Du coup, ils vérifient pour moi. Ça prend 15 plombes et le début de mon embauche a d’ailleurs été retardé. Ils m’ont demandé des trucs super précis, du genre où j’ai habité ces 6 dernières années au jour près. J’ai dû justifier en montrant mes comptes bancaires que je n’avais pas gagné d’argent quand j’avais dit que j’étais en voyage, en volontariat ou en recherche d’emploi. Et ce n’est pas encore fini… J’espère juste que le travail sera au moins correct vu les démarches à faire juste pour commencer.

Ma routine :

Comme je ne travaille pas encore, j’ai beaucoup de temps libre depuis mon arrivée. Il a été bien rempli de trucs chiants :
– recherche d’emploi,
– paperasse administrative avec les impôts français,
– chercher quoi faire de ma voiture,
– ouvrir un compte en banque, même si ça n’a pas été long et que ça m’a fait marrer quand le banquier m’a demandée si j’avais des trucs de prévu ce weekend,
– obtenir un national insurance number, équivalent au n° de Sécu. Il a fallu attendre 45 min au téléphone avec une musique d’attente pourrie juste pour prendre RDV 3 semaines plus tard. Quand on y a été ( à 45 min de route de chez nous), on a poireauté 2h20 pour 10 minutes d’entretien ridicule. Ça se passe au Job Center Plus (Pôle Emploi) et c’est pire qu’en France. Rien n’est informatisé. Tout est vérifié 3 fois. Bref, c’est lent et pendant tout ce temps, on vous prend votre passeport qui se trimballe de main en main. Pas très rassurant… Au final, on est ressorti sans rien, même pas un numéro provisoire. Il faut attendre 4 semaines.
– s’inscrire auprès de l’ambassade sur le registre des français établis hors de France…

Il y a aussi eu des trucs sympas :
– balades dans le coin et dans la région,

– visites à la journée à Londres,

– couture : je vais participer au marché de produits locaux et d’artisanat mensuel dans ma ville pour tenter d’y vendre mes créations en couture : guirlandes de fanions, lingettes démaquillantes et petits paniers assortis, tours de cou… Ça me motive à fond !
– volontariat dans un centre équestre,
– sorties en bateau sur la rivière, au pub ou au club de voile les vendredis soirs…

Il a fait beau de manière générale, ce qui m’a bien incitée à me promener. Le changement d’heure n’est pas simple à gérer. Désormais, le soleil se couche à 16h30 et le jour va encore raccourcir. Faut que je fasse le plein de vitamines D.

J’ai tenté les cours de yoga pour la première fois de ma vie. Un des cours se déroulait sur la moquette d’une église ! Ce n’est pas celui que j’ai préféré… Avec mon chéri, on a tenté une soirée open stage où qui veut vient sur scène présenter des chansons ou des histoires. On était, à une trentaine d’années près, les plus jeunes de la salle. On ne réitérera pas l’expérience.

Niveau vie sociale, on tente de s’intégrer donc en participant à des activités ou en allant au pub. On parle aux voisins, au proprio, aux collègues de mon chéri. Ma meilleure amie est venue nous voir quelques jours et c’était vraiment chouette ! Mais j’ai hâte que mon travail commence pour rencontrer mes collègues.

Évènements :

Nous sommes arrivés le 4 septembre, jour de la rentrée des classes. J’étais bien contente de ne pas la faire. C’était surprenant de voir des costumes d’écoliers vendus au supermarché.

Le 31 octobre, quelques maisons ont été décorées pour Halloween. C’est un peu plus fêté qu’en France mais moins qu’aux États-Unis. La règle, c’est que les enfants ne s’adressent qu’aux maisons qui ont des citrouilles, signe que les occupants veulent bien participer.

installation en Angleterre

Pour célébrer le 1er et le 11 novembre, des feux d’artifice sont organisés partout, tous les soirs quasiment, vers 18/19h. Forcément, comme avec le changement d’heure, il fait nuit à 16h30, y’a pas besoin d’attendre 23h. Aussi, ils décorent un peu partout mais surtout dans les églises avec des coquelicots. Des gens en portent une version en papier qu’ils obtiennent contre un don pour les vétérans et leur famille. Chaque année, la Royal British Legion lance cet appel et ça marche super bien.

Voilà pour le premier bilan de notre installation en Angleterre. Affaire à suivre…

Le thème de cette semaine du côté de chez Ma pour le Projet 52 – 2018 est : mémoire. Je l’ai interprété de 2 façons. Bien sûr, il y a l’hommage aux anciens combattants. Mais, il y a aussi le fait que ce blog m’aide à garder en mémoire certains moments de ma vie, comme cette expatriation.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à ma newsletter

Espace de discussion

lylytop

installation toujours longue même en France l’administration est toujours compliquée, en tout cas de belles photos
bises amicales
lyly

Répondre
sabine cohen

C’est chouette l’angleterre, mais c’est le temps qui me convient pas

Répondre
Fanny

Dans l’Essex, il pleut moins qu’en Normandie où j’habitais avant. Et depuis que je suis ici, je n’ai eu quasiment que du beau temps. Évidemment, si on monte vers l’Écosse, c’est plus humide…

eva

bonne chance pour la suite des évènements, ça a l ‘ air de bien se passer!
bisous

Répondre
isabelle

J’aime bien suivre vos « aventures » en Angleterre, bon, niveau paperasse ça n’a pas l’air beaucoup mieux qu’en France !
Merci pour le voyage , bonne semaine !

Répondre
danièle botta

Bonne chance pour ton boulot, c’est sympa de connaître d’autres horizons!
bonne fin de journée

Répondre
Ava

C’est intéressant ce petit compte rendu de l’installation. Pour Pôle Emploi et tes droits, je trouve que c’est aussi abusé, mais peut être tes droits anciens sont « éteints » d’après eux ? Moi aussi, parfois quand je recherche dans mes articles de blog, je trouve que c’est aussi avec les photos une façon de fixer ses souvenirs.

Répondre
sylvie

Si l’on excepte les démarches longues et pas toujours fructueuses, c’est chouette ! Merci pour ce tout d’horizon complet et bonne continuation.
Bon we.

Répondre
Ma'

J’espère que le boulot te plaira et que tu rencontreras des gens sympathiques !
Le blog comme mémoire, je pratique aussi un peu 😉

Répondre
soene

Hello Fanny
Dans l’ensemble ce bilan est plutôt positif.
Et dans le fond, y’a pas qu’en France que l’on avance à pas de limace pour les formalités administratives !
Allez, on croise les doigts pour ton boulot. Tu nous diras.
Gros bisous

Répondre
PatiVore

Pas facile de s’installer en Angleterre ! J’espère que toutes ces démarches vont aboutir rapidement et que tu pourras commencer ton travail. Le principal est que le village vous plaise et que vous vous sentiez bien dans votre maison (j’avais vu les photos que tu avais publiées et c’est un peu trop humide pour moi !). Bonne nouvelle semaine 🙂

Répondre
Alex

Coucou! Je viens de découvrir ton blog après que tu sois passée sur le mien et… Merci! Un vrai plaisir de te lire et de découvrir ton quotidien! Courage pour ton nouveau job 🙂 Bises et à bientôt !

Répondre
Fanny

Merci pour vos commentaires. Je vous raconterai quand j’aurai enfin commencé mon boulot. Pour le moment, le plus gros de la paperasse est fait et je n’ai qu’à profiter !

Stéphanie

Bon courage pour l’hiver… j’ai passé l’hiver à Liverpool et c’est l’un de mes pires souvenirs d’hiver je pense ahaha !

Répondre
Fanny

Merci Stéphanie ! C’est clair qu’entre la météo qui tourne à la pluie et les jours qui se accourcissent à vitesse grand V, c’est pas facile de se motiver. Si je ne sors pas avant 15h30, je ne vois pas la lumière du jour. Mais je vis quand même plus au sud que Liverpool. Dans l’Essex, il est censé pleuvoir un peu moins qu’en Normandie. On verra cet hiver…

Elia

Olala cet article m’inspire tellement de choses j’avais envie de réagir à chaque paragraphe.
– Alors oui le coup du proprio qui peut passer comme il veut ça nous a fait halluciner. Bon nous c’est un peu près cadré par notre bail genre il doit nous prévenir plusieurs jours avant mais on peu pas lui refuser l’accès. – Pour les meubles pour le coup on a un Emmaüs à Oxford et c’était vraiment pas cher ! Mais c’est cool s’il y a moyen de récupérer des trucs gratuits, je pense que ça doit mieux marcher dans les petites que dans les grandes villes.
– Pour le formulaire U2, j’ai bien galéré, mais j’ai réussi à me faire indemniser, dommage que ça n’a pas marché pour toi :/
– J’ai tellement ri avec ta partie sur le Jobcenter et le NIN. C’est dingue qu’on puisse pas prendre de rdv en ligne. Et ça prend tellement de temps… 1 mois pour le rdv + 1 mois pour recevoir le numéro >_< Et tout est effectivement vérifié et revérifié. C'est d'ailleurs dingue ce côté procédurier des anglais. Pour chaque démarche on nous a demandé nos anciennes adresses des 5 dernières années, même pour s'abonner à une box internet ^^'
– Pour ton boulot, j'espère que ça va te plaire !
Bref voilà j'ai fini mon monologue, ton article était passionnant, je vais suivre de près tes aventures 😉

Répondre
Fanny

Merci pour ce long commentaire ! C’est sûr que comme tu es arrivée en même temps que moi en Angleterre, on se comprend ! Pour le boulot, c’est pas gagné. Maintenant, ils veulent me faire commencer en janvier. Alors, pour l’instant, je cherche autre chose et si je trouve tant mieux !

Pierrette Richard

Coucou,
A la fin des mes études, j’ai été jeune fille au pair dans la campagne anglaise…Certains aspects me manquent,..d’autres pas du tout ,-)

Répondre
Fanny

Je comprends bien. J’ai été au pair aussi mais aux États-Unis (d’ailleurs, je raconte ça dans un autre article). La campagne anglaise a son charme mais surtout quand tu es jeune, tu aurais sans doute aimé un peu plus d’activités… Moi, j’avais New York à côté. C’était pas mal pour les sorties !

Merci de laisser un petit mot, cela fait toujours plaisir !

Votre adresse email ne sera pas publiée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.