... j’ai visité le nord du Portugal (récit)

Après 3 jours à Porto, on se dirige vers le nord du Portugal où nous sommes basés à Monçao, juste sous la frontière espagnole.

Jour 4 : Nous louons une voiture et découvrons le système de paiement des péages absurde au Portugal. Je ne vais pas vous l’expliquer ici car c’est super compliqué mais je vous invite à lire cet article si vous voulez plus de détails.

Sur le trajet, on en profite pour visiter Guimares avec ses ruelles mignonnes. La ville est classée au patrimoine de l’Unesco.

Il y a beaucoup de restos mais peu d’artisanat. On marche jusqu’au palais des ducs et au château. Il aurait pu y avoir une belle vue mais elle est bouchée par les incendies au loin.

On va voir les anciennes cuves de tanneurs. La ville vivait avant des activités textiles. Puis après ce petit tour, nous prenons la voiture pour Pehna, un très joli parc boisé avec des énormes rochers tout ronds couverts de mousse. Cela donne l’impression d’une forêt féerique.

Enfin, on parcourt le reste de la route pour Monçao. C’est long, il y a beaucoup de virages. On aurait du prendre l’autoroute mais le système de paiement nous a rebuté…

Jour 5 : On fait une belle marche à Sistelo de 5,8 km avec un bon dénivelé. Sistelo est un  village avec des séchoirs à maïs, des petits tas de foin et des cultures en terrasses autour.  Dans le centre, on trouve un plan qui indique plein de randos allant de 30min à 4 jours très bien balisées.

Greniers à maïs à Sistelo

Merci à ce site qui m’a donné envie d’y aller et où vous pouvez voir des photos plus verdoyantes du paysage. http://portugaldunord.com/sistelo-village-portugal/

Jour 6 : Journée tranquille pour avancer les articles du blog (Et non, ils ne s’écrivent pas tout seul. Et oui, ça prend du temps !) et pour visiter Monçao, son petit musée du vin gratuit, ses murailles et le début de sa voie verte. C’est censé être la 3ème plus belle d’Europe. C’est vrai que le bout qu’on a parcouru est assez joli, le long du fleuve.

On en a profité pour aller en Espagne en traversant le pont et voir la forteresse de Salvaterra de Mino. C’est plus pour le trip de dire qu’on a changé de pays que par réel intérêt touristique…

Le soir, on s’est cuisiné un bon repas à la maison avec entre autres du Porto blanc, des châtaignes ramassés sur le chemin hier et un citron vert cueilli dans le jardin. Miam !

Jour 7 : Samedi, nous sommes allés au marché de Vila Nova de Cerveira. Sur la route, on est monté en haut de le tour de Lapela (gratuit) d’où on a une belle vue.

Le marché est très grand et il y a beaucoup de monde mais j’étais assez déçue car on y trouve très peu de nourriture. Ce sont essentiellement des vêtements bas de gamme, du linge de maison et des objets divers. On a aussi visité le château peu mis en valeur de la ville et ses ruelles. Pour manger le midi, impossible de trouver une place en terrasse. Elles sont bondées.

Maison décorée au crochet à Vila Nova de Cerveira

Ensuite, on s’est pris une petite pause tranquille dans les Lagoas de Bertiandos e São Pedro d’ Arcos, une zone protégée avec une forêt et des marais.

Puis, on a pris la direction de Ponte de Lima où l’on a visité les ruelles médiévales, un de ses jardins de l’autre côté du pont et où l’on s’est offert un repas bien agréable avec de la bière artisanale, du vinho verde et de bons burgers histoire de changer de la nourriture traditionnelle portugaise qui est bonne mais est partout la même quasiment.

Merci à ce blog qui m’a donné envie d’aller à Ponte de Lima et qui donne beaucoup plus de détails que moi : https://voyageursgourmands.fr/visiter-ponte-de-lima/

Exemple de lanterno comme on en voit beaucoup sur les toits portuguais

détail de la décoration du restaurant Casa da Terra

Jour 8 : On voulait voir une fête locale à Valença mais on ne l’a pas trouvée. On a visité la ville qui est assez étonnante. La partie ancienne se situe dans un immense fort Vauban très bien conservé. On peut faire le tour des murailles.

A l’intérieur se trouvent des dizaines et des dizaines de magasins de linge de maison : serviettes de toilette, nappes, draps en veux-tu, en voilà. A la fin de la visite, on a frôlé l’overdose tellement il n’y a que ça partout !

Sur la route, on a vu pas mal de début d’incendies. Les canadairs sont à l’œuvre.

En fin d’après-midi, on décide d’aller faire une petite ballade malgré les 34 °C qui ne veulent pas retomber (on est en octobre !). Mais nos plans sont à revoir car la route est bloquée par les flammes. En Espagne, ça brûle aussi. On décide d’aller vers la mer. On repasse devant un des incendies du matin qui a bien grossi mais on peut passer. On se promène à Foz do Minho, l’embouchure du fleuve Minho à  Caminha. Le vent souffle fort, le ciel est bizarre, l’ouragan Ophélia passe au large… Je mets les pieds dans l’eau mais pas longtemps car elle est bien froide. On cherche un resto sur la côte mais sans succès. La saison est finie, les barres d’immeubles moches sont vides.

On rentre donc vers Monçao et peu après Valença, on voit des incendies immenses. L’air est saturé de fumée. C’est très impressionnant.

On apprendra le soir que ce jour là, il y a eu plus de 400 départs de feu dans la région. Près de 216 000 hectares sont déjà partis en fumée depuis le début de l’année 2017.

Jour 9 : L’air sent la fumée. Le ciel est gris. Ça pique la gorge quand on marche dehors. On a perdu 16 degrés par rapport à hier. L’office de tourisme nous explique qu’il n’y a nulle part où randonner car tous les alentours ont cramé. On reste tranquille aujourd’hui.

Jour 10 : Il a bien plu. Le ciel s’est dégagé. On en profite pour aller se promener à Viana de Castello, sur la côte. On constate les énormes zones d’arbres brulés qui arrivent parfois jusqu’à la route. On a va d’abord à la colline de Santa Luzia où a été construite une basilique fin XIXème, début XXème. Je ne suis pas fan des édifices modernes mais au moins, de là haut, on a une belle vue.

Vue depuis la basilique de Santa Luzia

Puis on fait le tour du centre historique qui est mignon avec de beaux bâtiments mais cela ne valait peut-être pas les 3 heures de route que nous avons parcourue. Par contre, les quelques grosses têtes en papier mâché exposées dans les rues donnent envie de revenir voir la fête de Nossa Senhora d’Agonia où elles défilent en août.

Cet article étant déjà long, je vous propose de lire le bilan de voyage au Portugal du nord ici.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à ma newsletter

Espace de discussion

Merci de laisser un petit mot, cela fait toujours plaisir !

Votre adresse email ne sera pas publiée